top of page
  • Photo du rédacteurJu

La dépendance affective

Dernière mise à jour : 17 août 2023


relation amour famille blessure affective psychologie happy body center saint raphaël fréjus
La dépendance affective

Aujourd'hui, j'avais envie d'aborder un sujet sensible : la dépendance affective.


Pourquoi ?


Parce qu'on entend souvent parler de relations toxiques, de personnes toxiques, de pervers narcissiques, etc. C'est vrai, une personne peut devenir toxique pour nous. C'est sûr, il y a des relations qui nous tirent vers le bas et qu'on peut donc qualifier de toxique. Bien entendu, il existe des pervers narcissiques...

Mais focaliser sur ces points ne nous fait pas avancer.


Il s'agit alors de se poser ces questions :


  • Pourquoi ai-je attiré une personne "toxique" ? Qu'est-ce que ça me donne comme information sur moi ?

  • Quel est le rôle que j'ai joué dans cette relation ? Suis-je simplement la victime ?

  • Pourquoi est-ce que j'ai laissé cette personne s'en prendre à moi ? Pourquoi ai-je attendu autant de temps avant de mettre un terme à cette relation ?


En tant que coach, je reçois de nombreuses femmes dans mon cabinet depuis des années, qui se retrouvent empêtrées dans des relations non-épanouissantes, et qui présentent une véritable difficulté à se sortir de ces relations.


J'avais donc envie, à travers ce premier article, de vous apporter quelques informations concernant le profil-type d'une dépendante affective..

En fin d'article, je vous donne des solutions concrètes pour travailler sur cet aspect, et se sentir plus libres et plus indépendantes.


Mon expérience


Personnellement, j'ai eu plusieurs relations, qu'on pourrait toutes qualifier de "toxiques" car elles n'étaient ni épanouissantes, ni adaptées à mes besoins ou encore ne collaient avec ma vision du couple.

J'en suis ressortie fatiguée physiquement, moralement et émotionnellement, à chaque fois.


Et outres les émotions liées au deuil qu'il m'a fallu traverser après chaque rupture, je ressentais une grande culpabilité à l'idée de m'être laissée faire et d'avoir supporté ces relations autant de mois ou années !

Mais cette culpabilité était là pour délivrer un message sur nos schémas répétitifs et nous aider à prendre conscience à quel point nous pouvons être dépendante de nos partenaires, affectivement parlant.

Il ne sert à rien de chercher à refuser, rejeter ou refouler cette culpabilité, au contraire, il faut l'écouter et tirer des leçons de ces expériences, pour éviter de refaire les mêmes erreurs par la suite.


En tout cas, c'est comme ça que je l'ai abordé, et que j'ai réussi à soigner ces blessures affectives à l'intérieur de moi, pour éviter de reproduire encore et encore les mêmes schémas, et d'attirer encore et encore les mêmes personnalités.


Le profil de la dépendance affective


Voyons d'un peu plus près à quoi correspond le profil-type d'une personne dite "dépendante affective" :


  • Elle est souvent en attente de présence, de compliments, d'attention.

  • Si son partenaire ne comble pas ses besoins affectifs, elle va soit se renfermer comme une huître par peur d'être blessée d'autant plus, soit devenir agressive, être dans le reproche, dans la critique..

  • Généralement, elle reproche à son partenaire ce qu'elle pourrait se reprocher à soi-même : ne pas être à l'écoute, ne pas soutenir, manquer de reconnaissance, de marques d'affection.. Toutes ces choses, elle les projette à l'extérieur car elle ne se les apporte pas à soi-même.

  • Elle peut modifier sa personnalité en fonction des attentes de l'autre et se perdre dans ces attentes. Si elle agit ainsi, c'est qu'elle souffre d'une peur sous-jacente : la peur de ne pas être aimée à sa juste valeur.

  • Elle souffre du manque assez souvent, elle estime que son partenaire n'est pas assez communicatif, présent, attentionné.. Et plus elle vibre le manque, plus elle attire à elle des partenaires qui vont activer ses blessures narcissiques.

  • Elle n'a pas fait le travail nécessaire sur elle pour nourrir ses propres besoins, ses blessures narcissiques sont à vif, non conscientisées, non soignées, et c'est ce qui explique que la vie lui envoie des relations qui vont l'aider à prendre conscience de ses blessures.

  • Elle a du mal à estimer sa propre valeur, à reconnaître ses forces, ses qualités et à conscientiser ses atouts. Cet aspect la rend la proie idéale pour les personnes toxiques qui la manipulent facilement.

  • Elle peut aller jusqu'à s'empêcher de s'attacher réellement et de s'engager avec quelqu'un émotionnellement, par peur de souffrir de la dépendance. Elle peut développer un tempérament fuyant.

  • Elle peut accumuler les conquêtes ou tester tout simplement son pouvoir de séduction régulièrement, pour se rassurer au niveau narcissique.

  • Elle va souvent mariner dans des relations qui ne sont pas adaptées à elle, parce qu'abandonner une personne c'est aussi abandonner une source potentielle de nourriture affective.

  • La dépendante affective se débrouille généralement inconsciemment pour se rendre dépendante à tous points de vue de son partenaire : au niveau du lieu de vie, du travail, des finances, de la santé, ou autres..

  • La dépendante accumule souvent les addictions (alimentation, alcool et autres drogues ou cigarettes, shopping, jeux, etc.)

  • Etre dépendante entraîne un tempérament anxieux, une sensation d'insécurité, un grand stress intérieur. Elle souffre de la peur de perdre les gens qu'elle aime assez souvent.

  • L'égo de la dépendante lui trouve tout un tas de raisons pour ne pas rompre une relation, couper les ponts définitivement, et passer à autre chose : peur de se retrouver seule, culpabilité d'abandonner l'autre, etc.

  • Généralement, elle s'attache aux aspects positifs des débuts ou de la relation en cours, avec un déni des aspects négatifs. Elle idéalise son partenaire, ce qui nourrit son attachement affectif et sa position de rester dans ces relations.

  • Elle a du mal à passer à l'action en règle générale, à amener le changement et la nouveauté dans sa vie, parce que changer rime avec dire au revoir, quitter, se séparer, abandonner... et donc indépendance et liberté. Des notions difficiles à accepter pour l'égo dépendant.


Quelques clefs pour en sortir


La première étape pour se sortir de ses schémas de dépendance affective, est d'en prendre conscience.

Sans jugement, sans analyse, sans chercher à modifier quoi que ce soit au départ.

Il faut simplement accueillir cette donnée, et travailler sur l'acceptation en auto-suggestion pour pouvoir s'en défaire petit à petit.


Ensuite, il est important d'arrêter de rejeter la faute sur son ou ses partenaires, les placer dans le rôle du méchant, du persécuteur et mariner dans son statut de victime.

La victimisation reste une manoeuvre supplémentaire de notre égo pour nous faire croire que nous ne pouvons rien changer et que - ô pauvre malheureuse que nous sommes - nous sommes victime d'un coup du sort.

Reconnaître sa part de responsabilité, c'est récupérer son pouvoir d'action. En effet, après la prise de conscience, il ne tient qu'à nous de retrouver notre libre arbitre et de changer la donne, en opérant un changement à l'intérieur de soi.


Un travail sur les blessures narcissiques reliées à notre enfance est primordial si on veut s'émanciper et retrouver son indépendance et sa liberté. Il existe de nombreux outils et méthodes, mais le top reste tout de même de se faire accompagner dans cette démarche.


Les 5 langages de l'amour


Gary Chapman, un thérapeute américain, a écrit un livre sur les 5 langages de l'amour.

Il s'agit de 5 façons de recevoir et donner l'amour dans un couple ou un cercle familiale.

Mais ces 5 langages s'appliquent également et avant-tout, à soi-même !


La méthode la plus efficace pour sortir de la dépendance affective, c'est de nourrir ses propres besoins affectifs, pour éviter d'attendre que nos proches le fassent, et donc arrêter de se rendre dépendant du regard, de l'attention et de la présence des autres.


L'idée générale étant de se comporter comme si on était son propre partenaire !


Voici les 5 façons de vous apporter de l'amour concrètement et de guérir petit à petit vos blessures narcissiques :


1/ Les paroles valorisantes : mots d'amour, compliments, auto-félicitation et autres mots doux...

Tu peux te les dire à voix haute, devant le miroir, te les écrire, rajouter des post-its sur ton frigo, des rappels sur ton portable, créer un mantra d'affirmations positives et te le répéter en boucle pendant tes méditations.. Bref, les moyens sont divers et variés, mais l'essentiel reste de prendre quelques minutes par jour pour se nourrir à ce niveau-là.


2/ Les moments de partage : passer du temps de qualité avec soi, méditer, s'occuper de son corps, de ses émotions, être à l'écoute de soi, se demander comment on se sent et accepter toutes ses émotions, manger en tête à tête avec soi-même par choix, partir en week-end toute seule, etc.

Apprendre à apprécier sa propre présence, se réfugier dans sa propre relation, c'est la base d'une vie affective indépendante et libre.


3/ Les cadeaux : acheter des choses par nécessité c'est une chose, s'offrir un cadeau pour se féliciter d'une petite réussite, s'acheter des fleurs pour se rappeler qu'on s'aime, ou bien se faire plaisir parce qu'on estime qu'on le mérite, après une dure épreuve.. n'est pas la même démarche. Et la deuxième est primordiale pour solidifier sa relation à soi.


4/ Les services rendus : il s'agit de toutes les choses pratico-pratiques que l'on fait pour soi, pour son avenir, pour sa santé, et son bien-être. Par exemple : envoyer ce mail important pour un futur projet, travailler sur ses objectifs et mettre en place des actions concrètes pour atteindre ses rêves, faire ce voyage dont on rêve depuis toujours, prendre rendez-vous avec la psy, s'inscrire au sport, etc, etc, etc.


5/ Le toucher physique : c'est peut-être la sphère la plus importante des 5 langages de l'amour. Se masser, se faire des soins du corps, prendre soin de soi, se caresser, et même s'enlacer, se faire des câlins.. Toutes ces marques d'affection sont une nourriture pure pour notre pauvre égo qui a subi le manque, la distance, le silence, étant enfant.

De plus, chaque geste tendre est perçu par le cerveau de la même manière que s'il venait de l'extérieur.

Le corps déclenche alors une dose d'ocytocine, hormone de l'amour par excellence, qui favorisera l'estime de soi, la motivation, la bonne humeur et la sérénité à la fois.

Tout benef !




Si cet article t’a plu ou t’a aidé, n’hésite pas à le partager, ça m’aidera à agrandir la communauté des Wonder Nanas.


Dans mon ebook « je coach mon égo », en vente sur mon site, tu trouveras 24 exercices différentes qui te permettront de travailler sur tes émotions, mais aussi tes pensées et ta confiance en toi. C’est un recueil de 150 pages avec de nombreuses informations que j’ai récoltées pour comprendre le fonctionnement de notre égo, ses blocages et d’apprendre à s’en faire un allié. Pour en savoir plus, clique sur ce lien.


Dans mon programme en ligne de 24 semaines, tu retrouves ce type d’exercices d’auto-coaching, et bien d’autres encore, pour apprendre à développer une belle relation avec toi-même.

Chaque semaine, tu débloques de nouvelles vidéos de Yoga et de Yoga Danse, des méditations guidées, des exercices de développement personnel et des recettes sans sucre blanc, sans gluten et sans chair animale, ni lactose.

Tu retrouveras toutes ces informations sur cette page : https://www.happybodybyju.com/programmes


Si tu as besoin d’un suivi personnalisé de coaching ( en développement personnel, professionnel ou rééquilibrage alimentaire, tirage de cartes…), n’hésite pas à visiter cette page https://www.happybodybyju.com/la-wonder-nana et à prendre contact avec moi. Le premier coup de fil est gratuit et ne t’engage en rien.


Si tu veux en savoir plus sur mes formations professionnelles de Yoga Danse 200h en présentiel, ou en ligne, rendez-vous sur ce lien :


Si tu veux plus d’informations sur mes cours, stages et sur le centre HAPPY BODY CENTER Saint-Raphaël, rendez-vous ici : https://www.happybodybyju.com/yoga-danse-fitness-saint-raphael


Rejoins-moi sur Instagram :




Ju



39 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page